Du Quatuor de Ravel aux Hommes de Piaf en passant par le tango de Buenos-Aires

temps suspens ton vol et vous, heures propices, suspendez votre cours…

Le Petit Vélo a eu l'excellente idée de présenter hier soir à l'Opéra-Théâtre un spectacle plus que rare : le bandonéoniste auvergnat William Sabatier a invité le quatuor Terpsycordes pour raconter Piaf et ses hommes à sa manière, avec sa vision et ses arrangements !

Le miracle du mélange des musiques, des époques, des instruments, des genres et des lieux s'est révélé au fil du concert avec la force de l'amour de William pour Édith, du musicien pour la chanteuse.

Piaf le moineau, mais aussi Piaf la croqueuse d'hommes, qui est passée des bras virils de Cerdan à l'étreinte plus juvénile de Théo Sarapo : ses chansons l'ont racontée sans fard ! Un autre homme, William Sabatier, [...] savait qu'il allait faire chanter son instrument et ceux de Terpsycordes autour de cette courte vie de femme tragiquement terminée.

Piaf et ses hommes ont revécu, hier soir, pendant deux bonnes heures sous les doigts croisés du bandonéoniste et des quatre cordes ! L'homme à la moto, le légionnaire et l'accordéoniste ont partagé la scène avec William et le quatuor, Édith les regardant incognito des coulisses. Magique et triste à la fois, comme Piaf pouvait l'être. Une vie revue et bien réarrangée, sans préjugés, [...]." Jacques Testud, La Montagne, 2 Avril 2015